"Manuel Valls est un crétin"

« Manuel Valls est un crétin »

Michel Onfray n’en a pas fini avec Manuel Valls. Invité d’Europe 1 lundi 9 mars, le philosophe est revenu sur la passe d’armes qui l’a opposé la veille au premier ministre. « Manuel Valls, l’ami de BHL, perd les pédales ! », avait-il d’abord réagi dans un communiqué après que le chef du gouvernement s’en soit pris à lui.

« Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu’Alain de Benoist -qui était le philosophe de la Nouvelle droite dans les années 70 et 80, qui d’une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l’Horloge, le Grece- (…) vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu’on perd les repères », avait dénoncé Manuel Valls sur Europe 1/iTELE/Le Monde.

« Petits gominés trentenaires »

Lundi, Michel Onfray a livré un peu plus encore le fond de sa pensée après cette sortie qui l’a visiblement particulièrement agacé. « Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n’est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche », s’est-il défendu, mettant en doute l’appartenance de Manuel Valls à la gauche et le qualifiant même de « crétin ».

La réplique

Lors d’un entretien accordé à Europe 1/i-Télé/Le Monde, Manuel Valls lance dimanche une charge contre le Front national. Mais il profite aussi de son interview pour répondre aux critiques du philosophe qui dénonce, dans les colonnes du « Point », « une mafia qui se réclame de la gauche » et reproche notamment aux socialistes d’avoir abandonné leurs idéaux sur de nombreuses thématiques, comme l’école, l’emploi ou les inégalités hommes-femmes.

Et la référence à Alain de Benoist a visiblement fortement déplu au Premier ministre :

Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu’Alain de Benoist, qui était le philosophe de la ‘Nouvelle Droite’ dans les années 70 et 80, qui d’une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l’Horloge, le Grece, […] au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu’on perd les repères », dénonce Manuel Valls.

L’insulte

« Manuel Valls est un crétin. » Le philosophe n’a pas du tout apprécié le raccourci du Premier ministre. Dans son interview, il ne dit pas concrétement que Alain de Benoist « vaut mieux » que Bernard Henri-Lévy. Si l’on reprend ses termes, le philosophe assume « préférer une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de BHL ».

La nuance est importante. Dans « Le Point », Michel Onfray s’empressait d’ailleurs d’ajouter : « Je préférais une analyse qui me paraisse juste de BHL à une analyse que je trouverais injuste d’Alain de Benoist. »

1 comment

  1. actualites

    |Author

    Manuel Valls interprète mal une phrase,peut-être sciemment,et en conclut qu’il y a perte de repères.En effet,il y a bien perte de repères et Valls est paumé.

    En revanche que certains envisagent que le philosophe,cinéaste,romancier,documentariste,essayiste,trapéziste… Bernard Henri puissent délivrer des analyses erronées,est véritablement choquant!!Je suis outré!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *